"La Saga des Conti" de Jérôme Palteau

En présence de Xavier Mathieu, délégue CGT et acteur de la lutte
jeudi 9 mai 2013
popularité : 12%

La Saga des Conti de Jérôme Palteau

France 2013 documentaire 97mn

11 mars 2009, les 1120 salariés de l’usine de pneumatiques « Continental » de Clairoix reçoivent leur lettre de licenciement. Dès les premiers jours, c’est la colère, mais ceux que l’histoire retiendra sous le nom des « Conti » sont déjà habités d’une certitude : celui qui se bat n’est pas sûr de gagner, mais celui qui ne se bat pas a déjà perdu.

C’est une histoire collective, une magnifique histoire humaine. Elle est exemplaire car on a évité tous les pièges, les dissensions internes, tout ce qui fait la force du capitalisme.
Tous les ouvriers sont importants dans un conflit. Personne ne peut faire un pneu sans l’autre. C’est le collectif des ouvriers de Conti qui a agi. Pour faire un pneu ou mener une lutte, il faut être un collectif.

Xavier Mathieu

Le point de vue du réalisateur

« C’est un documentaire qui est construit comme une fiction, dans lequel émergent de véritables personnages de cinéma : le couple Xavier/Roland (le jeune lion et le vieux renard) mais aussi une tribu autour d’eux. Les acteurs interprètent ici leurs propres rôles comme dans une comédie sociale qui « ré-enchante » la lutte...
C’est aussi un film sur l’intelligence humaine, celle des ouvriers, de leur sens tactique et émotionnel lorsqu’il s’agit de négocier, d’identifier des pièges, d’élaborer des stratégies ou tout simplement de raisonner...
Le film... rassemble au-delà des sensibilités politiques, car je ne l’ai pas fait comme un film militant, c’est plutôt un film citoyen. »

Des Avis

Le film est d’une grande sobriété, sans voix off, alternant images prises sur le vif, archives télévisuelles et interviews réalisées après coup... Au-delà de la chronique précise d’un mouvement social, le film s’attache aux personnalités qui l’animent... Ca jure, ça se charrie, ça gueule, et c’est ce qui fait tout le sel de ce portrait de groupe. Xavier Mathieu, délégué syndical et figure emblématique des Conti, n’était pas préparé à faire face à un plan social. D’où l’appel à la rescousse de Roland, retraité de l’usine Chausson, jadis théâtre d’un mémorable mouvement social...

Jamais caricatural, n’éludant rien de l’action parfois positive des représentants de l’Etat, montrant sous un jour inédit le rôle ambigu des syndicats, le film fait un précieux état des lieux des relations sociales en France. Mais c’est avant tout une passionnante épopée moderne, riche en suspens, en coups tordus et en retournements de situation, qui nous est donnée à voir.

G.R. « Les fiches du cinéma » No 2040

« La classe ouvrière n’a pas disparu, on l’a rendue invisible, résument les sociologues Stéphane Beaud et Michel Pialoux. Début 2009, les Conti nous ont vengé de cette invisibilité...

Le documentaire de Jérôme Palteau est aussi l’histoire d’un millier de personnes qui cessent subitement de jouer le jeu. Ils prennent d’assaut le CE à Compiègne, ou l’AG des actionnaires à Hanovre. Et ça vole dans tous les sens, à l’image : des chaussures, des œufs, des drapeaux, des chaises. La colère est cinégénique, surtout quand elle est portée par l’enthousiasme parfois proprement délirant des Conti. Car la révolte est aussi affaire d’énergie et de plaisir, nous rappelle cette lutte joyeuse »

Mehdi Fikri L’Humanité du 20/03/13

Les Conti :
Chronologie d’un mouvement social

- Septembre 2007 : Retour aux 40 heures hebdomadaires en échange de la promesse tacite de la pérennité du site de Clairoix jusqu’en 2012.

- 20008 : 17 millions de bénéfices pour le Groupe.

- Mars 2009 : Annonce de la fermeture programmée de l’usine pour mars 2010, soit le licenciement de 1120 salariés. Dès lors, de nombreuses actions vont être menées : grèves, manifestations, création d’un comité de lutte...

- Avril 2009 : Le Tribunal de Grande Instance de Sarreguemines rejette la demande d’annulation de la procédure de fermeture : mise à sac de la Sous-préfecture de Compiègne.

- 22 et 23 avril 2009 : Manifestation des Conti à Hanovre, siège du Groupe, avec leurs collègues allemands.

- Juillet 2009 : Accord sur les primes extralégales : 50 000 euros/salarié.

- Septembre 2009 : 6 Conti sont condamnés à des peines de prison avec sursis (de 3 à 5 mois) pour « dégradation de biens appartenant à l’Etat », à la suite des dégâts à la Sous-préfecture. Peines allégées par la Cour d’Appel d’Amiens en février 2010.

- Février 2013 : Le Tribunal Administratif d’Amiens annule le licenciement de 22 salariés protégés, pour « absence de réel motif économique ».
Le Conseil des Prud’hommes de Compiègne examine le cas de 680 ex-salariés de Continental : verdict le 30 août 2013.


Commentaires  forum ferme