7 mai 1956/7 mai 2016 : Retour sur une résistance inaperçue...Pour réfléchir à notre présent

vendredi 22 avril 2016
par  Webmestre
popularité : 19%

Le 7 mai prochain, il y aura 60 ans que des rappelés en partance pour l’Algérie, ont manifesté leur refus d’une guerre coloniale, à La Villedieu en Creuse. La population locale a soutenu cette manifestation pacifique et pacifiste et trois hommes ont été lourdement condamnés.
Ces faits, longtemps occultés, sont à l’origine de Mémoire à Vif qui vous propose un retour sur mémoire à La Villedieu et Tarnac.

Programme du 7 mai 2016 : Mémoire et Histoire

Mairie de La Villedieu : 11h : Prises de paroles

« Magasin Général » de Tarnac : 14h30 après-midi de réflexion et d’échanges

 1956 : l’enlisement – Intervention de Guy Perlier, historien, suivie de témoignages

 Projections :
« Guerre et Bâillon » - LP Pagnol
« À propos de… l’autre détail », René Vautier

 Débat

Pourquoi ce retour sur mémoire ?

Nous sommes le 7 mai 1956. Guy Mollet, président du Conseil, a fait voter les pouvoirs spéciaux. Tandis que des dizaines de milliers d’hommes s’apprêtent à partir pour des « opérations de pacification » en Algérie, un camion militaire s’arrête dans la petite localité de La Villedieu en Creuse*. A bord du véhicule, vingt-quatre réservistes rappelés manifestent leur opposition à la guerre coloniale. La population du village les soutient. Au matin du 8 mai, gendarmes et CRS envahissent le bourg et trois hommes de la région subiront des peines exemplaires : René Romanet, le maire de La Villedieu, Gaston Fanton, l’instituteur de Faux-La-Montagne, Antoine Meunier, un vétéran invalide de la guerre de 39/45, originaire de Tarnac.

Mémoire à Vif est née, 45 ans plus tard, de la résurgence de cette résistance longtemps occultée, grâce à l’enquête réalisée par des élèves du Lycée Marcel Pagnol de Limoges et au soutien de Daniel Mermet qui a consacré à ces événements trois émissions sur France Inter, avec le désir de poursuivre ce travail de mémoire retrouvée.

Simone de Bollardière, veuve du Général Jacques de Bollardière démis de ses fonctions en 1957 pour avoir osé dénoncer la torture en Algérie, est présidente d’honneur de l’association.

Soixante ans après, rappeler ces faits pourra être l’occasion de décoloniser nos mémoires sur un passé qui alimente aujourd’hui encore le racisme, la xénophobie, les discriminations, et de s’interroger sur les dangers d’une politique sécuritaire.

*Terre de résistance depuis le 19ème siècle où les maçons, qui partaient à pieds vers la capitale pour construire le Paris d’Haussmann, mouraient aussi sur les barricades de la Commune et ramenaient au pays leur révolte et leur conscience politique. Une terre qui paya de lourds tributs humains à la Première Guerre Mondiale avant de nourrir l’un des plus puissants Maquis de France.

Les films présentés

« Guerre et Bâillon » Documentaire, 2001 - 30 mn.
Voix off : Denis Lavant

A partir du texte de René Romanet extrait de son livre « Le chemin d’un prolétaire » et des témoignages de ceux qui ont vécu cet événement, « Guerre et bâillon » choisit de montrer comment un acte symbolique et spontané de soutien à une protestation pacifiste de rappelés déclencha les foudres de l’armée et de la justice françaises, comment la « Grande Muette » décida d’écraser la manifestation en condamnant pour l’exemple ceux qui, sur place, l’avaient soutenue, comment la population vécut cette manipulation de la vérité et la condamnation des trois accusés destinée au rétablissement de l’ordre républicain par la force.

« À propos de… l’autre détail » Documentaire, 1988 – 45mn
René Vautier

Film d’Histoire (et d’actualité) réalisé à partir de témoignages d’Algériens et de Français à propos de la torture en Algérie et du passé militaire de Jean-Marie Le Pen pendant la guerre d’Algérie. Avec des analyses de l’historien Pierre Vidal-Naquet, de Paul Teitgen, du Général de Bollardière…

René Vautier, rebelle et militant, s’est toujours efforcé de mettre « l’image et le son à disposition de celles et ceux à qui les pouvoirs les refusent ». Il a participé à la réalisation d’environ 180 films. Beaucoup d’entre eux ont été censurés, perdus, détruits, projetés jusqu’à l’usure.

Retrouvez les films de René Vautier sur : www.lesmutins.org